Protoxyde d’azote : usages, bienfaits et dangers

Le protoxyde d’azote est aujourd’hui, utilisé par de nombreux jeunes à de mauvaises fins, bafouant ainsi la vraie propriété du produit. C’est d’ailleurs, un gaz puissant avec de nombreux avantages et utilisé dans plusieurs domaines scientifiques. Découvrez à travers cet article, toutes les informations concernant son usage, ses avantages ainsi que ses inconvénients.

Qu’est-ce que le protoxyde d’azote et quel est son usage ?

Le protoxyde d’azote est un gaz puissant incolore, odorant, avec un goût légèrement sucré. Encore appelé gaz hilarant ou oxyde nitreux, le protoxyde d’azote est utilisé en chimie ainsi qu’en médecine pour ses effets anesthésiques et analgésiques. En effet, il peut être utilisé comme oxydant dans certains moteur-fusées, comme comburant de l’acétylène pour certains appareils d’analyse ou encore comme comburant de l’essence dans les moteurs à combustion interne. Il a été découvert en 1776 et était utilisé dans les foires, à cause de son effet euphorisant. C’est bien après en 1844, que ses effets anesthésiants ont été découverts. C’est aussi un gaz à effet de serre.

Depuis un moment, ce gaz est très tendance. Les gens en consomment n’importe comment, car il n’est pas du tout difficile de s’en procurer. Il est souvent utilisé lors de certaines fêtes, où il est accompagné par la prise de certaines substances illicites. Une fois inhalé par la bouche, sa propriété euphorisante prend effet. 20 minutes environ après son absorption, on peut constater une distorsion des sons, avec de légères hallucinations accompagnées d’un fou rire. C’est pour cette raison qu’il est appelé gaz hilarant.

Comment obtient-on du protoxyde d’azote ?

Le protoxyde d’azote a pour source d’émission, la nitrification et la dénitrification des sols. C’est l’utilisation d’engrais azotés ainsi que la gestion des déjections animales, qui conduisent à l’émission de protoxyde d’azote. Il peut être également obtenu à partir de certains procédés industriels, tels que la fabrication de glyoxylique, de glyoxal, de nitrique et de glycal. Par ailleurs, l’émission de ce gaz à partir de ces différentes sources, dépend d’une interaction entre le climat, le sol et les modes de gestion des cultures. Concernant le sol, les différents facteurs qui déterminent l’émission du protoxyde d’azote, sont : la matière organique, la texture, la propriété physico-chimique et la densité. Côté climat, cela dépend de la température et des précipitations. Du point de vue gestion des cultures, la production du protoxyde d’azote dépend de l’irrigation, du travail du sol et de la fertilisation.

Quels sont les bienfaits du protoxyde d’azote ?

Le protoxyde d’azote apaise la douleur et augmente l’effet des médicaments anesthésiques administrés. Il est utilisé en pédiatrie, en salle d’accouchement pour soulager les douleurs liées aux contractions ou encore en médecine d’urgence pour les réductions de factures ou pour les désarticulations. Il est également utilisé en cas de pratique de gestes douloureux, comme un prélèvement sanguin chez un enfant, une piqûre, des ponctions lombaires, la suture, la pose de sondes, etc. Il a l’avantage d’être inodore et rapide dans ses effets.

Quels sont les dangers du protoxyde d’azote ?

Malgré tous les bienfaits de ce gaz et malgré le fait qu’il soit facilement accessible, il convient de le prendre avec modération, car une consommation excessive peut avoir de graves répercussions sur la santé. En effet, l’inhalation du protoxyde d’azote peut avoir sur certains organismes, des effets secondaires, à savoir : nausées, maux de tête, vomissements, diarrhées, hallucinations, hypoxie, vertiges, etc. La prise de fortes doses, peut entraîner des troubles assez graves, à savoir un ralentissement ou des irrégularités du rythme cardiaque, la confusion, des difficultés à parler et à coordonner ses mouvements, une désorientation, une faiblesse musculaire, une anémie avec réduction du taux de vitamine B12, une dépression respiratoire pouvant provoquer l’arrêt cardiaque et par conséquent la mort. Il peut aussi avoir des répercussions à long terme, sur les performances sexuelles et sur la mémoire. La prise de ce gaz pendant la grossesse, peut avoir de lourdes conséquences sur le nouveau-né. Il est cependant, conseillé de ne pas en abuser.

Posts created 13

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut